Quelle climatisation de bureau faut-il choisir ?

De nombreux immeubles ne peuvent pas se servir de la ventilation naturelle malgré les vagues de chaleur se faisant de plus en plus sentir. Sécurité et nuisances sonores externes obligent. Or, une forte corrélation existe entre le bien-être au travail et une chaleur excessive. Il est ainsi essentiel de disposer d’un système de climatisation efficace pour pouvoir travailler dans un environnement confortable et être plus productif. Quels sont donc les principaux éléments à considérer dans le choix d’un climatiseur de bureau ?

Le dimensionnement et les conditions de travail sont essentiels

Dans un bureau, les besoins de confort dépendent de chacun. Néanmoins, il est difficile de se concentrer sous une chaleur insoutenable. Des erreurs, une baisse de l’humeur, une hausse du taux d’absentéisme voire des accidents peuvent se produire. Avant tout, évaluez donc vos besoins de climatisation en prenant en compte une puissance de refroidissement avoisinant 80 W/m2. Pour une superficie de 20 m², le clim de bureau devrait fournir une puissance minimale d’environ 1600W. Une température comprise entre 20 et 27 degrés C a été définie comme température de confort avec un niveau d’humidité relative de 30 à 60 %. L’appareil adéquat sera donc celui qui pourra vous offrir au minimum ces conditions en vue d’un bon déroulement de vos tâches professionnelles. Pour effectuer efficacement vos recherches, vous pouvez vous rendre sur un site internet de constructeur et consultez ainsi les distributeurs agréés.

Le choix doit prioriser l’efficacité énergétique

L’efficacité énergétique est un critère de choix important. Votre climatiseur de bureau doit consommer le moins d’énergie possible. En effet, opter pour le climatiseur le moins cher n’est pas toujours la meilleure alternative. Cela peut vous coûter énormément en factures d’électricité. Aussi, les climatiseurs modernes sont équipés d’étiquette-énergie suite à de nombreuses directives européennes. L’efficacité énergétique est ainsi notée suivant des classes allant d’A+++ (les moins énergivores) à G. Deux éléments caractéristiques de l’appareil sont ici pris en compte, à savoir : le coefficient saisonnier de performance (SCOP) pour le mode chaud et le taux saisonnier d’efficacité énergétique (SEER) pour le mode froid. La performance énergétique du climatiseur est meilleure à mesure que ces indices sont élevés. La quantité de fluide frigorigène est également à considérer, car ce composant participe beaucoup au réchauffement climatique.

Les autres éléments pertinents pour un choix adéquat

Le niveau sonore du climatiseur est crucial. Dans ce sens, les appareils les plus silencieux sont les meilleurs. Certaines options peuvent aussi améliorer le confort de votre bureau, telles qu’une télécommande pour les réglages à distance, une programmation des départs différés et des cycles de climatisation prédéfinis. L’existence d’un mode ventilateur, d’une option déshumidifiant l’air ambiant, d’une ionisation et d’un mode réversible pour une utilisation de l’appareil en tant que chauffage à point est un critère très intéressant. À titre d’exemple, le monosplit est l’appareil le plus répandu et le plus simple proposant le meilleur rapport qualité-prix avec des performances énergétiques élevées. Il est également le plus silencieux et le plus léger pouvant maintenir un niveau constant de température et donner ainsi un confort avéré aux travailleurs de bureau.

Guide des mesures de la chaise de bureau
Quel type de sol faut-il privilégier dans un bureau ?